maté paraguensis : une infusion bonne pour la santé

Connu sous l’appellation latine « maté paraguensis », le maté est une infusion très populaire dans le sud de l’Amérique latine. D’ailleurs, plusieurs nations s’arrachent la palme d’or et revendique fièrement son héritage. Quant à nous, nous dirons qu’elle est simplement la boisson par prédilection des indiens Guaranis et Charrùas. En Uruguay, il a été prouvé scientifiquement que sa consommation remonte à 4 500 ans en arrière sur les terres du pays aux oiseaux enchantés.

 Le maté, d’où vient-il exactement ?

A l’horizon 2020, les terres de l’Amérique du sud ne sont plus ce qu’elles étaient avant l’arrivée des colons. A l’origine, le maté était présent sur le territoire de l’Argentine, du sud Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay. De nos jours, sa production s’étend dans les régions avoisinants les Trois frontières. Elle a diminué à cause du défrichement des forêts et de l’introduction de l’élevage extensif bovin.

  Cette plante est considérée comme le houx sud-américain. La culture du maté a été encouragée pendant la colonisation dans cette contrée. Du coup, il fut communément nommé « thé des Jésuites ».

 Devenu la boisson du « gaucho » (gardien de troupeaux, sorte de cow boy local), il se consomme également au sud du Chili. La boisson se nomme « Chimarraõ » au Brésil.

Elle se consomme avec des feuilles de coca en Bolivie et au Pérou. Ce breuvage permet de lutter contre le mal aigu des montagnes (“el soroche”) dans les Andes.

Comment se boit-il ?

 Boisson au goût amer, le maté se consomme de plusieurs façons. 

 Dans tous les pays à une particularité près, il se boit chaud dans une calebasse traditionnelle en bois. Bien que les argentins préfèrent les contenant en orfèvre, le rituel suit sa logique. L’hospitalité veut que le maté se partage en groupe dans le sens inverse de l’aiguille d’une montre. `Cette pratique sociale est inhérente aux amérindiens de la région. L’herbe à maté est arrosée d’eau chaude. Puis chacun boit à son tour dans une paille en fer nommé « bombilla ». Cette dernière filtre l’eau à 80 degrés. Au passage, elle désinfecte la paille à chaque gorgée. Ainsi, chaque buveur est tenu de terminer son tour en buvant entièrement le breuvage.

Au Paraguay, le Téréré est la variante froide du maté. Servi dans une « guampa » (corne traditionnelle décorée), il se boit d’une autre façon. On y ajoute du jus de citron ou de pamplemousse. Ce qui en fait un breuvage très rafraîchissant. Particulièrement dans un pays qui n’a pas d’accès à la mer et où la chaleur est intense. 

Où le maté est-il le plus consommé ?

Dans chaque pays, la consommation est quotidienne. Mais c’est bien en Uruguay et au Paraguay que les situations sont les plus drôles et originales.

 En effet, à Montevideo, cette boisson est tellement présente dans la culture que des distributeurs d’eau chaude sont disponibles en libre-service. Il n’est pas rare de voir les parlementaires débattre à l’assemblée en buvant du maté. En revanche, sa consommation est interdite dans les bus. Afin d’ éviter de brûler des passagers en cas d’accident. Parfois, il arrive même de voir des gens circulés à mobylette le « porongo » (calebasse) à la main. Dès lors, cette boisson est tellement conviviale que les gens apprennent à se connaître sur les plages ou les parcs en savourant le maté ensemble.

A Asunción, il est possible de voir en périphérie des bergers avec leurs vaches se partageaient le maté. 

 De plus, vider la calebasse à l’aide de la bombilla sur les bordures de trottoir est une pratique courante en Uruguay et au Paraguay. Et ceci en vue de préparer un nouveau breuvage.

 Cette boisson est également présente dans certaines régions du Liban, de la Syrie et de l’Iran. Effectivement, des générations d’immigrées de retour au pays ont ramené la plante sur leur terre natale.

Quels sont ses vertus extraordinaires ?

 En France, le maté est vendu en parapharmacie sous forme de dosette pour tisane. Un usage qui hérisserait les poils des sud-américains. Reconnu pour faire maigrir et perdre du poids, la substance active contenue dans le maté est réputée pour couper la fin. C’est ce qu’on appelle la matéine. Cette substance plus forte que la caféine est riche en vitamine D. Elle augmente les facultés intellectuelles, la concentration et permet de lutter contre la fatigue.

 Pour les non habituées, il est déconseillé de le consommer le soir. En effet, cet excitant provoque des insomnies considérables.

Diurétique, la yerba maté stimule le transit intestinal et facilite la digestion. Dans des pays où le asado (grillade) est une coutume locale, ses propriétés laxatives sont les bienvenues.

 Ainsi, la pratique a démontré que l’herbe et la température de l’eau contribue à lutter contre la prolifération de cellules cancéreuses. Et ceci dans les parties du corps suivantes : la bouche, la langue, la gorge et l’œsophage.

Enfin, le maté joue un rôle sur la glycémie et le bon cholestérol. De fait, il régule le métabolisme des sucres et de la graisse dans le corps.

Pourquoi est-il devenu aussi populaire ?

 Par défaut, le maté est une boisson énergétique très prisée des sportifs. A ce sujet, les footballeurs argentins et uruguayens consomme régulièrement ce thé populaire avant les matchs de foot. Si à l’origine elle n’était connu en dehors de son berceau natal. C’est certainement Antoine Griezmann qui a donné une impulsion à cet infusion charrúa. Bien que d’autres sportifs la consomment au quotidien, elle a le don d’entretenir la forme physique et d’encourager l’effort. Elle est en quelque sorte, le booster d’énergie au petit matin.

Le saviez-vous ?

  • Malheureusement, la production locale ne peut satisfaire une demande internationale soutenue. Ceci sous peine d’épuiser les cultures locales.
  • La yerba maté rend la salive verte. Une célèbre expression ironique uruguayenne dit en substance d’une personne qu’elle a les yeux verts comme un crachat de maté.
  • L’ infusion sud-américaine pousse aussi à l’état naturel. C’est le toucan qui multiplie les cultures en ingérant le fruit rouge de l’arbre et en déféquant les graines. Du coup, ce processus multiplie les plantations.
  • Une fois l’herbe posée dans son récipient. La callebasse doit être retournée contre la paume de la main et secouée. Ainsi, elle évacue les derniers résidus de la yerba.
  • Pour que le rendement de la yerba soit excellent et moins amer, on imbibe de l’eau froide au départ pour hydrater le maté. Puis une fois l’eau aspirée, on y ajoute l’eau chaude. Ensuite, on commence à servir.
  • En Argentine, le maté est beaucoup plus amer. Il se boit avec les copeaux de bois.
  • En Uruguay, le « maté dulce » (sucré)  est réservée aux femmes. Donc, un homme qui s’aventurerai sur les terres du maté sucré serait sujet à moquerie.
  • Il est essentiel de terminer le maté sans laisser d’eau avant de le faire tourner. Ceci afin de ne pas laisser de salive.
  • Les Marocains (thé à la menthe) et les Uruguayens (Yerba maté) sont les plus grands buveurs de thé au monde.
  • Il existe des versions douces du maté portant la notion “para nerviosos” (pour les nerveux) afin de ne pas surexciter les gens au tempérament agité.

Un peu de vocabulaire relatif à l’usage du maté

El maté està lavado : signifie que l’herbe n’a plus de goût et qu’il est terminé.

La caldera: sorte de bouilloire traditionnelle dans laquelle l’eau du maté est chauffée.

Dar vuelta el maté: action de minutieusement retourner la Yerba avec la paille pour optimiser le rendement et obtenir de la saveur.

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous et recevez gratuitement 15% de remise sur votre première commande ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter au panier