Rose de Jericho | Chajarat Mariam 25 g

7,50

8 en stock

Catégorie :
Description

Description

Avez-vous déjà entendu parler de la Rose de Jéricho ou Chajarat Mariam ?

Nous vous disons tout sur celle que l’on nomme positivement « fleur de la fertilité ». Un remède ancestrale utilisée au Moyen Orient et en Afrique du Nord depuis le temps des plus vieilles civilisations existantes. Aujourd’hui, elle jouit encore plus d’un regain d’intérêt dans nos sociétés industrialisées du fait des difficultés à tomber enceinte.

En effet, nous ne vivons plus au temps de nos grands-mères. De fait, le stress évident, l’alimentation ainsi que l’environnement dans lequel nous évoluons sont des explications plausibles empêchant l’ovulation.

La chajarat mariam : une cause bienvenue pour faciliter la fécondation

 

De nos jours, les freins à la procréation sont sources de frustration dans beaucoup de couples. Pourtant, après consultation médicale, on vous dit que tout va bien et que vous pouvez être parent. La Rose de Jéricho figure parmi les plantes vertueuses qui peuvent favoriser la grossesse. Car bien que les rapports conjugaux soient la clé de l’ovulation, la fusion des gamètes mâles (spermatozoïde) et femelles (ovule) prennent plus de temps que prévu.

Pour essayer d’accéler ce processus naturel, la chajarat mariam en tant que remède naturel a prouvé à maintes reprises son efficacité tout comme le tubercule des Andes. En effet, elle agit sur l’activité hormonale et dans de nombreux cas satisfait les espérances individuelles.

 

Comment utiliser efficacement la Rose de Jéricho ?

 

A première vue, cette plante séchée et recroquevillée sur elle-même n’est pas très attirante. Néanmoins, quand on connait les bienfaits que suscitent la chajarat mariam, on se laisse prendre au jeu.

La rose de Jéricho de Pause au Natur ‘Elle pèse environ 25 grammes. Elle s’utilise en décoction ou en infusion de la manière suivante :

  • Le premier cas de figure consiste à hydrater la plante de fertilité au cœur d’un bol d’eau froid durant quelques heures. Celle-ci va tout naturellement commencer à s’ouvrir et déployer ses rameaux. L’opération consistera à récupérer l’eau dans la fleur à baigner puis de le chauffer à une température n’excédant pas les 40 degrés pour la boire.

A la fin du protocole, utilisez un torchon ou un sopalin pour déshumidifier la chajarat mariam. Elle finira sous deux semaines par retrouver sa forme initiale. Vous n’aurez qu’à la conserver dans un endroit sec et répéter l’opération au besoin.

 

  • La seconde méthode pour préparer un breuvage à l’aide de Rose de Jéricho vise à plonger directement la fleur dans une casserole d’eau portée à ébullition. Cette opération permettra de récupérer un breuvage plus conséquent à l’aide d’un filtre. Il vous suffira par la suite de vous servir chaque jour une petite tasse pendant un mois.

En revanche, ce procédé ne permet pas de conserver la chajarat mariam pour un usage a posteriori.

A quelle fréquence consomme-t-on la décoction ou l’infusion ?

 

Pour optimiser les opportunités de grosse, il est recommandé d’utiliser en décoction ou infusion la Rose de Jéricho dès le 3e jour du cycle menstruel. Et ceci jusqu’au dernier jour des règles pendant 3 cycles. Entre temps, vous pouvez donc laisser reposer la chajarat mariam reposer tranquillement au cœur d’une boîte ou un sachet hermétique.

Prenez soin de la garder dans un endroit tempéré. Elle résiste très mal aux températures inférieures à 15 degrés ainsi qu’aux pucerons.

Attention, la fleur de Jéricho que nous commercialisons est l’espèce « Anastatica hierochuntica » que l’on trouve à la Mecque ainsi que dans les pays arabes. A ne pas confondre avec la « Selaginella Lepidophylle » originaire du désert du Mexique. Cette espèce n’a qu’un but ornemental une fois hydratée et s’utilise pour absorber les mauvaises odeurs au cœur des maison.

 

Les autres bienfaits de la Rose Saharienne

 

En plus de traiter les problèmes d’infertilité, la chajarat mariam excelle dans d’autres domaines de la vie :

  • Grâce à son action hypoglycémiante, elle permet de réguler le taux de sucre dans le sang. Elle s’avère donc stratégique pour les personnes souffrant de diabète.
  • Outre le fait de faciliter la grossesse, elle agit efficacement lors de la période d’accouchement en atténuant les douleurs des contractions. Elle en fait de même pour ce qui concerne les douleurs liées aux règles.
  • Elle facilite le fonctionnement du foie.
  • Elle agit positivement sur le système urinaire grâce à son action diurétique.

 Origine du nom de la fleur et précision sur son écosystème

 

La Rose de Jéricho évolue dans des contrées très arides et inhospitalières. Dans le désert ou au cœur de plateaux rocailleux, elle a toute l’apparence en boule de la plante inerte et morte. Elle peut tout à fait vivre de cette façon pendant une centaine d’années. Et c’est donc au contact de l’humidité ou de l’eau qu’elle commence à se déployer et reprendre vie.

Nommée de façon hyperbolique « fleur de la résurrection », on lui a apposé l’appelation « Rose de Jéricho » en référence à la ville palestinienne bordant le Jourdain qui a chaque fois qu’elle était détruite renaissait forte et verdoyante.

La chajarat mariam évolue donc dans cet écosystème tout en se promenant selon la volonté des vents chauds du désert. Elle se redéploye à la moindre goutte d’eau. Considérée comme une bénédiction dans le monde arabe, elle est utilisée par la permission de Dieu pour favoriser la fertilité chez les femmes.

D’ailleurs, aucune contre-indication n’existe pour que les hommes en consomment.