sahour: les bienfaits du repas de fin de nuit

Les bienfaits du Sahour

A l’arrivée du mois lunaire de Cha’ban où il est recommandé de faire du jeûne surérogatoire et a fortiori à l’approche du mois de Ramadan où le jeune est obligatoire, notre boutique en ligne a souhaité vous vanter les mérites du Sahour.

Le sahour : une sounnah instituée pour se différencier des Gens du Livre

Le Sahour se définit comme le repas de fin de nuit. Lorsque fut légiféré le jeûne au cours de la seconde année de l’Hégire, les musulmans jeûnaient communément. Il rompaient le jeune à la tombée de la nuit. Puis ne mangeait pas jusqu’au lendemain soir s’ils s’étaient endormis.

Cette façon de vivre le jeûne fut par la suite abrogée par le Prophète Muhammad (sws). Il décida d’instaurer le Sahour. Ceci pour faire une distinction nette entre le jeûne des musulmans et des partisans des autres cultes. Cette différence s’est même manifestée pour le jeûne de Achoura. En effet, les croyants se distinguent par un jour en plus jeûné avant ou après pour se distinguer des juifs.

D’autres traditions propres aux musulmans comme le fait de se précipiter à rompre le jeûne lorsque la nuit tombe nous distingue des Gens du Livre qui quant à eux attendent que la nuit s’installe. 

Concernant la preuve au sujet du repas de fin de nuit, elle trouve son fondement dans le hadith suivant :

  • D’après ‘Amr Ibn Al Ass (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit : « La différence entre notre jeûne et le jeûne des Gens du Livre est le repas du Sahour ».

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1096)

Le repas de fin de nuit est une véritable bénédiction pour le jeûneur

Beaucoup de gens négligent cette tradition prophétique très importante lors du mois de Ramadan. Soit par flemmardise ou par négligence. Or, dans la pratique, elle a l’avantage après quelques courtes heures de sommeil de redonner des forces avant d’affronter une nouvelle journée remplie d’adorations et d’occupations utiles.

Nous avons donc jugé opportun de vous lister quelques fondements à ce sujet dans les hadiths suivants : 

  • D’après Salman Al Farisi (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La bénédiction est dans trois choses: le groupe, le tharid* et le sahour  ».

*plat à base de sauce et de viande.


(Rapporté par Tabarani dans Al mu’jam al Kabir n°6127  et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°2882)

  • D’après Al Irbad Ibn Sariya (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a invité pour le sahour (*) durant le ramadan en disant : « Viens vers le repas béni ».


(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1067)

  • D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Manger le sahour est une bénédiction ainsi ne le délaissez pas même si l’un d’entre vous ne prend qu’une gorgée d’eau car certes Allah et ses anges prient sur ceux qui mangent le sahour ».


(Rapporté par Ahmed dans son Mousnad n°1186 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°3683)

Enfin, il a été signifié que le meilleur sahour consiste à se nourrir de dattes.

  • D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Quel bon sahour pour le croyant sont les dattes ».


(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2345 et authentifié par Cheikh Albani dans Sounan Abi Daoud – hadith authentique)

Retarder le Sahour jusqu’au plus proche de l’aube fait partie de la Sounnah

 Dans la pratique, beaucoup de musulmans s’imposent un temps pour déguster le sahour. Certains se fixent par précaution un temps limite où il se fixe l’interdiction de boire ou de manger. Qu’il s’agisse de 10 ou 5 minutes avant le ‘adhan, ce comportement est courant. Il se nomme l’Imsak et peut entrer dans le cadre de l’innovation lorsque les gens croient en son institution. Or, la personne qui retarde encore plus le sahour n’est pas du tout en désaccord avec la législation islamique. Bien au contraire.

Pour preuve, les deux hadiths suivants illustrent bien nos propos :

  • Anas Ibn Malik a rapporté que Zaïd ben Thabet (Qu’Allah les agrée) a dit : 

« Nous avons pris le Souhour avec le Prophète d’Allah (Prière et bénédiction d’Allah sur lui), puis celui-ci se leva pour la Salat. »

Je demandais alors à Zeïd, combien de temps il y avait l’appel à la prière et le Sahour ?

Il me répondit : « Le temps de lire cinquante versets ». 

(Sahih Al Boukhari tome 4 page 118 et Sahih Mouslim hadith n°1097)

  • D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Si l’un d’entre vous entend l’appel à la prière alors que le récipient est dans sa main alors qu’il ne le pose pas jusqu’à ce qu’il en ai consommé ce dont il a besoin ».

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2350 et les termes sont ceux de Ibn Hazm dans Al Mouhala volume 6 p 232. Il a été authentifié par Cheikh Al Islam Ibn Taymiya dans Charh Al ‘Omda volume 4 p 528 ainsi que par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha volume 3 p 382).

Ainsi, la personne n’a pas à recracher l’eau à ce moment précis. Elle peut même terminer le  contenu de son verre. En revanche, il faut que le verre soit présent dans sa main au moment où le adhan retentit.  

sirop d'érable Maple Joe : un petit trésor au petit déjeuner

Le sirop d’érable Maple Joe : une touche canadienne au petit déjeuner

Toujours dans une stratégie diététique pour bien démarrer la journée, la boutique en ligne Pause au Natur’Elle vous propose une nouvelle alternative au sucre raffiné : le sirop d’érable Maple Joe.

Facilement trouvable dans les rayons des supermarchés, ce Maple Syrup figure parmi les trois marques de référence en France. Produit d’import commercialisé  par une petite boîte familiale présente dans les Pyrénées-Atlantiques, le sirop d’érable Maple Joe est reconnu pour sa finesse et sa délicatesse mais aussi pour son allure prononcée. Tout dépend de la récolte. Si ce sucre naturel produit à partir de la sève d’érable est une institution nationale dans les terres québécoises et de l’Ontario, ce n’est pas pour vous parler de Pancake que nous sommes venus vous le présenter. Mais plus dans le but d’allier plaisir sucré et la maîtrise de l’index glycémique. 

Zoom sur la récolte de la sève d’érable : un travail de longue haleine

La production de sirop d’érable ne date pas d’hier au pays des rênes et du grizzli. En effet, cette pratique était déjà coutume chez les populations autochtones bien avant que Jacques Cartier remonte le fleuve Saint Laurent. 

Tout comme la vanille de Madagascar, le sirop d’érable Maple Joe est un produit naturel qui nécessite du temps et de la persévérance. En effet, il faut à peu près 35 litres de sève de l’arbre emblématique pour produire un litre de matière première. Ce travail se nomme l’acériculture. 

Il s’effectue principalement à une période propice de l’année. Plus précisément, entre l’alternance des saisons (fin de l’hiver et début du printemps) où les nuits de gel sont suivies par de légères éclaircies et des températures positives en journée. Au Québec, les locaux nomment cet instant de l’année : « la saison des sucres ». Car il s’agit en fait du moment où la quasi-totalité de l’eau d’érable sera extraite des troncs.

Comment l’acériculteur québécois procède pour extraire l’eau d’érable ? 

Ce que l’on nomme en anglais le « maple syrup » qui sera par la suite embouteillé et vendu en bouteille sous l’appellation sirop d’érable Maple Joe (marque que nous avons testé) est obtenue à partir de la sève de l’érable.

L’artisan à l’origine de cette prouesse procède en incisant sur un point précis de l’écorce une légère entaille à l’aide d’une mèche. Ensuite, il récolte avec les méthodes de mécanisation moderne le liquide précieux à l’aide de tuyaux connectés entre eux. Ceux-ci déversent la sève dans les célèbres « cabane à sucre », une sorte de laboratoire traditionnel où l’acériculteur pourra s’activer à la tâche pour produire le délicieux sirop.

Celui-ci est obtenu par évaporation au cœur de chaudron dont la température dépasse les 100 degrés. Ce travail d’évaporation se déroule le jour de la récolte. Il consiste à éliminer un maximum de sève pour garder le concentré sucré qui formera le sirop d’érable.

La température doit être constante pour ne pas altérer la qualité de la matière première. Le résultat obtenu révèlera une formule délicate et subtilement sucré dont la couleur  brune ou ambrée est proche de celle du miel d’eucalyptus.

Comment optimiser l’usage du sirop d’érable Maple Joe au cœur du p’tit déj ?

Pour que vous puissiez identifier la marque de sirop d’érable Maple Joe, vous pourrez observer sur son packaging un brave acériculteur vêtu de rouge avec une barbe bien fournie dans un esprit très canadien. 

Plus utilisé dans le cadre des goûters, le sirop d’érable est à l’honneur pour la confection de pancake, crêpes ou bananes flambées. Tout cela dans un esprit très U.S.

Cependant, son aspect beaucoup moins calorique que le sucre et le miel est à exploiter de façon intelligente. Pour bien réussir et équilibré le petit déjeuner, le geste à adopter consiste par exemple à remplacer le sucre blanc au cœur d’un yaourt ou fromage blanc par du sirop canadien.

Et voici ce que nous vous proposons en l’espèce pour accompagner votre jus de fruit, tartine et boisson chaude : 

  • 2 petit suisse Gervais ou un yaourt Gervita
  • Du muesli ou quelques fruits secs
  • Une cuillère à café de poudre de Maca ou de graine de Chia
  • Une dose de sirop d’érable Maple Joe pour remplacer le sucre.

L’avantage que vous pourrez tirer de l’apport du Maple Syrup à cet instant précis, c’est la richesse en antioxydant, en polyphénols et en minéraux (calcium, magnésium et sodium). 

Attention, de nouvelles triches sont apparues sur le marché concernant ce précieux produit de terroir outre atlantique. Certes des tromperies élaborées à partir de sirop de maïs ou de riz immergent le marché. Pour ne pas tomber sous le coup de l’escroquerie, veillez à bien vérifier l’étiquetage et la provenance du produit que vous achetez.

Sinon identifiez au sirop d’érable Maple Joe avec son goût exquis caramélisé et sa suave odeur boisée.

Le thé à la menthe marocain : une institution nationale

Le thé à la menthe marocain : une tradition jeune de deux siècles

Le thé à la menthe marocain est une institution remarquable dans ce pays du Maghreb. Signe de l’hospitalité, de la générosité et du bien vivre ensemble, on aurait l’impression qu’elle existe depuis la nuit des temps. De la frontière mauritanienne jusqu’au détroit de Gibraltar, ce breuvage sucré et parfumé fait partie du patrimoine national. Il forge l’identité du pays à l’étranger.

Comment est né le thé à la menthe Na’na’ ?

Dans les faits, cette pause journalière bien méritée est plutôt jeune. Ancrée dans les mœurs, elle laisse pourtant présager le contraire. Nous vous en disons plus sur un peuple considéré comme l’un des plus grands buveurs de thé au monde.

A proprement parler, bien que le thé soit originaire de Chine, les marocains se sont appropriés la deuxième place du podium mondial. Ils se positionnent derrière les turcs. La célèbre boisson nationale s’est tout bonnement frayé un chemin suite à la guerre de Crimée opposant l’Empire des tsars de Russie à une coalition menée conjointement par l’Empire Ottoman, la France et le Royaume Uni entre 1853 et 1856.

Face à l’impossibilité de profité de leurs comptoirs en mer Noir, les anglais ayant depuis plus de 200 ans forgé un système mercantile notoire grâce à la célèbre « compagnie britannique des Indes orientales » contrôle la route des épices jusqu’en Inde et a fortiori le commerce du thé. Déjà à cette époque, le thé noir à la nigelle fait fureur au Proche et Moyen Orient.

Transitant vers leur base navale stratégique de Gibraltar, le Royaume-Uni cherche tout naturellement en période de guerre de nouveaux débouchés économiques. C’est tout bonnement vers les terres se situant 15 kilomètres au sud qu’il décide d’étendre leurs relations commerciales.

Le thé vert pénètre les terres chérifiennes et donnent naissance au thé à la menthe marocain.

Rituel typique autour du thé marocain

Le thé à la menthe marocain est présent à toute les tables. Il existe même certaines variantes  en fonction des régions du royaume ou des saisons.

A titre d’exemple, il est courant dans le haut Atlas marocain, aux alentours de Taroudant, de consommer le thé à la menthe accompagné d’un pistil de safran. Mais aussi lorsque l’hiver arrive d’incorporer le Chiba (feuille d’absinthe) rincé à l’eau froide puis mélanger au thé. Enfin, d’ajouter dans la théière le mélange flio (préparation en vrac pour tisane à base de menthe sauvage).

La préparation du thé à la menthe marocain peut paraître difficile. Cependant, ce n’est juste qu’une question d’habitude. Les ingrédients essentiels à la préparation sont bien évidemment les graines de thé vert ainsi que la célèbre plante odorante.

Chez Pause au Natur’Elle, fidèle à la tradition, nous optons pour la marque de graine à thé Sultan très populaire au Maroc. De manière générale, la menthe locale est beaucoup plus parfumée qu’en Europe.

D’ailleurs, pour la petite anecdote, il existe une localité nommée Na’na’ (menthe en arabe) située près de la ville de Béni Mellal où la menthe pousse à perte de vue.

Contrairement aux idées reçues, lors de la réception des hôtes, c’est le chef de famille qui prend en charge la préparation du thé.

Ce rituel dans les foyers urbains est souvent accompagné d’ornements dorés, de magnifiques verres à thé, de présentoirs à gâteau, de sfouf marocain ou de dattes.

Préparation de la boisson nationale marocaine en détail

Le thé à la menthe marocain se prépare traditionnellement dans un « berrad ». Ce terme désigne la charmante théière au style orientale dans laquelle l’infusion est servie.

Voici dans le protocole à suivre pour préparer le thé :

  • Verser deux cuillères de graines au cœur du « berrad » ;
  • Remplir d’un peu d’eau chaude pour éliminer les poussières ainsi qu’un peu d’amertume.
  • Vider l’eau puis ajouter une bonne poignée de feuilles de menthe décortiquée et prélavée ainsi que le sucre (le dosage est une question d’habitude).
  • Verser l’eau chaude et veillez à remplir le berrad
  • Placer le tout sur le feu et arrêter le lorsque l’eau en ébullition fait remonter les feuilles de menthe et les graines.
  • Servez le thé en levant la théière en l’air pour faire mousser le thé et dégager les saveurs puis remettez-le dans la théière. Répétez trois fois l’opération pour que le sucre se mélange correctement.

Votre thé à la menthe marocain est prêt à être dégusté par vos convives.

Subtil et parfumé, il facilitera la digestion après un repas copieux.

Généralement, les verres ne sont pas servis en entier pour éviter de se brûler les doigts. En revanche, personne ne vous refusera une deuxième ou troisième tournée de thé.

pâte à tartiner Nocciolata : la rivale de Ferrero

La pâte à tartiner Nocciolata est-elle vraiment 100% diététique ?

Commercialisée par la marque italienne Rigoni Di Asiago sous un label « agriculture biologique », la pâte à tartiner Nocciolata semble être une alternative pour décrocher du Nutella.

Misant sur le côté sain ainsi que sur la transparence totale des ingrédients au cœur de sa recette, la pâte à tartiner aux noisettes séduit grâce à la simplicité de son packaging ainsi que par son goût beaucoup plus raffiné que la marque Ferrero.

Ayant pu la tester à maintes reprises, l’équipe de Pause au Natur’Elle vous propose un petit tour d’horizon descriptif.

Version italienne du Nutella ou nouvelle découverte gustative ?

Bien que nous commercialisions des recettes artisanales pour petit déjeuner marocain, notre équipe de travail s’attache aussi à découvrir d’autres marques du monde de l’agro-alimentaire.

La pâte à tartiner Nocciolata, nous l’avons connu en rayon de supermarché il y a de cela deux ans. Positionnée entre le Nutella, la crème de marron et la nouvelle pâte à tartiner Lindt, elle a de suite attiré notre attention grâce à son logo bio.

Dans un packaging beaucoup plus modeste, les marketeurs italiens n’ont pas manqué d’offrir 200 grammes sur les grands pots de 900 grammes pour attirer l’œil du client.

Nous sommes donc littéralement tombés dans le panneau. Du coup, nous avons pu découvrir cette pâte à tartiner au cacao et aux noisettes d’un nouveau genre.

Son prix est un peu plus élevé que celui du Nutella. En revanche, c’est bien le goût ainsi que le contrôle de la consommation en sucre et en huile de palme qui a suscité notre intérêt.

Zoom sur l’étiquette et la liste des ingrédients de la pâte aux noisettes transalpine

Si nous devions faire une étude comparative, la pâte à tartiner Nocciolata suit la même rigueur que les pâtes à tartiner industrielles. En effet, à la lecture de la liste des ingrédients, l’ordre est le même. Par contre, la qualité des produits est supérieure à son principal concurrents.

Le premier élément de la recette est aussi du sucre. Certes, non raffiné mais roux. De ce point de vue, nous pouvons nous prononcer et déjà dire d’emblée que l’apport glucidique sera certes moins explosif et beaucoup plus naturel.

En seconde place du podium, place à la pâte de noisette qui représente tout de même 18,5% de la formule.

Ayant appris à décrypter très tôt les étiquettes, nous pouvons directement démontrer que l’argument marketing de la pâte à tartiner Nocciolata est légèrement surévaluée. En effet, le consommateur consciencieux et éthique souhaite tout d’abord retrouver une base oléagineuse  au cœur de son produit. Dans le respect des marges, les industriels doivent aussi y retrouver leur équilibre.

Ensuite, le troisième ingrédient est constitué d’une matière grasse (huile de tournesol). Puis, d’autres matières beaucoup plus infimes comme du lait écrémé, du cacao maigre…).

Ce que nous remarquons, c’est que l’industriel italien insiste sur la qualité bio de ces ingrédients. Cependant, l’ordre des matières premières ne diffèrent pas tellement du Nutella.

La pâte à tartiner Nocciolata est donc relativement beaucoup plus diététique que le Nutella. Néanmoins, nous souhaitons relativiser nos propos et cela n’engage que notre avis personnel.

La pâte à tartiner Nocciolata : une approche beaucoup plus healthy ?

Beaucoup plus douce et agréable au palais, elle est une excellente alternative pour stopper le Nutella.

Néanmoins, elle reste aussi un ingrédient très sucré. Dénuée d’huile de palme, sa teneur en huile de tournesol est élevée. Or, l’usage quotidien de cette huile dans les fritures ainsi qu’au petit déjeuner ne font pas bon ménage à la longue.

De plus, dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire, nous lui préférons notre pâte à tartiner Amlou.

Nous dirions donc que les pâtes à tartiner industrielles doivent vraiment être consommées avec modération. Très addictives à cause de la présence de sucre en grande quantité, elles sont très difficiles à arrêter.

Ainsi, la pâte à tartiner Nocciolata se distingue sur le marché français. Elle mise sa notoriété sur le bio et sur une analyse comparative de son principal rival.

En affichant fièrement sur son packaging, la mention « sans huile de palme », elle entend bien croquer sa part de marché en valorisant son côté healthy.

Plus saine que Nutella, sa consommation n’en est pas non plus exempte de tout défaut. Dégustée à la petite cuillère, elle figure tout de même comme un meilleur produit. L’apport journalier en sucre et matière grasse doit tout de même être mesuré au cours de la journée.

Une approche différente pour fidéliser un nouveau profil de consommateurs  

Vous l’aurez compris, la Nocciolata est vraiment beaucoup plus équilibrée pour réaliser une Crêpe Party. A savourer sur des crêpes ou des tartines, elle reste tout de même une valeur sûre.

Mais, de surcroît, l’avenir de la pâte à tartiner Nocciolata se joue sur de nouvelles terres là où la présence de Ferrero lui fait de l’ombre.

Si Nutella ne peut modifier la formule de sa pâte aux noisettes. Elle tente le profil bas par de nouveaux procédés marketing. La limitation de son impact sur la déforestation fait partie de sa nouvelle politique commerciale. Elle prend donc un nouveau virage en sensibilisant sa clientèle sur le développement durable en Indonésie.

Profitant de la popularité de ses spots publicitaires ou des promotions à couper le souffle lors de la Chandeleur, la marque italienne ne peut évidemment rivaliser avec Nutella.

Du coup, la pâte de noisette véronaise change de cap. Elle s’oriente davantage vers un public sensible aux tendances alimentaires actuelles.

C’est tout simplement en proposant une collection de pâte à tartiner sans lait qu’elle gagne des parts de marché. Particulièrement, au profit des consommateurs végan ou intolérant à la protéine de lait et au gluten.

Le pari de la marque est donc réussi dans l’Hexagone. En se basant sur une diététique comparative plus efficiente et en répondant à la demande de nouveaux consommateurs, la pâte à tartiner Nocciolata créé son marché alternatif en France.

L'avocat: un fruit calorique et excellent pour la santé

L’avocat est-il un fruit calorique ?

Une question qui revient souvent dans la bouche des gens : fruit ou légume. Le célèbre “aguacate” comme on le nomme au Mexique est un fruit dont la pulpe est dégustée sous différentes formes (guacamole, milkshake, glace, tacos…). Présent sur les étals des supermarchés durant la période estivale, l’avocat fait des heureux surtout dans la mouvance healthy. Pourtant, beaucoup d’entre nous s’interrogent sur sa valeur calorique et ses effets sur la prise de poids. Nous vous expliquons dans le détail toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour éviter de prendre des kilos superflus.

La valeur nutritive de l’avocat en détail

La consommation de l’avocat n’a fait qu’augmenter ces dernières années. Cependant, Le prix de ce fruit tropical ne cesse d’augmenter d’année en année. En cause, une demande trop forte essentiellement concentré sur les Etats-Unis au détriment de l’Europe. Du coup, il est sûr qu’avec les beaux jours qui arrivent, les salades seront très certainement ornées de la pulpe du fruit mexicain.

ìl faut savoir que l’avocat est trois fois plus riche en calorie qu’un fruit ou légume ordinaire. Et cela tient du fait que les trois quarts de sa valeur nutritionnelle est composé de lipides. De la matière grasse qui lui vaut l’appellation de “beurre du pauvre” en Amérique latine. Cet avantage fait qu’il est extrêmement riche en acides gras et flavonoïdes.

Cependant, sa part en glucides et protéines est relativement faible. Regroupant une part conséquente de minéraux, oligo-éléments, anti-oxydants et flavonoïdes, il reste un aliment excellent pour la santé. D’ailleurs, on en tire une huile culinaire très prisée en Amérique centrale qui serait supérieure à l’huile d’olive du point de vue qualitatif.

Alors, oui, effectivement, l’avocat est un fruit très calorique. Mais ce n’est pas la consommation que vous en faites qui va vous faire grossir. En effet, c’est plus le cumul de nourriture non équilibrée qui pourrait éventuellement en être la cause. Du coup, tant que vous vous nourrissez de façon raisonnable, l’avocat ne peut que vous faire du bien. Il est même conseillé d’en manger régulièrement pour limiter les effets de la faim.

Le smoothie au fruit vert : une recette inédite pour bien attaquer la journée

La recette du smoothie à l’avocat est un véritable délice papillaire que nous avons découvert sur le blog marocain Sousoukitchen et dont la vidéo est disponible sur Youtube. Il s’agit d’une recette gourmande et riche en goût faite à partir d’avocat hass et de fruits secs à préparer dans un mixeur.

Pour la préparer, il suffit de prendre la pulpe de deux avocats et les plonger dans le mixeur. Ajoutez le lait en conséquence. Incorporer quelques dattes sans noyaux ainsi que des amandes. Puis en définitive, versez-y un peu de sucre ou de raisins secs. Mixez le tout puis laissez reposer au frigo pour servir frais.

Cette recette est idéale pour bien démarrer la journée. Elle vous permettra de bien affronter la matinée et éviter toute forme de grignotage. Elle peut aussi être consommée pendant le Sahour durant la période du Ramadan.

Si vous souhaitez manger de l’avocat de façon diététique, il est également possible de l’incorporer au coeur de tartines de pains aux céréales à l’aide de jaune d’oeufs ainsi que de tomates cerises. Une autre alternative matinale pour se rassasier et éviter l’invasion de sucre dès le début de la journée.

[thrive_leads id=’6156′]

vernis permeable: une qualité remise en question

Zoom sur le vernis perméable : Une nouvelle tendance controversée

Avez-vous déjà entendu parler du vernis perméable ? Apparu sur le marché il y a environ 5 ans, celui-ci ne cesse depuis de faire parler de lui. Tantôt on l’adopte tantôt on réfute sa perméabilité et à juste titre. Nous allons voir dans ce qui suit pourquoi il reste encore aujourd’hui des zones d’ombre quant à sa fiabilité.

Qu’appelle t-on « vernis perméable » ? 

Le concept a vu le jour il y a quelques années avec les marques El Nabil et Hasna paris. L’objectif était de fabriquer un vernis permettant de laisser passer l’eau au travers des ongles lors du lavage des mains. Élaboré en laboratoire, la formule a pour but de proposer un vernis qui appliqué en une ou deux couches fines puisse laisser passer l’eau. Voilà ce que l’on appelle un vernis perméable. Jusque-là rien de compliqué.

Pourquoi élaborer un vernis dit « perméable » ?

Il s’est avéré nécessaire pour certaine marque d’élaborer ce type de produit en vue de répondre à une demande féminine de confession musulmane en particulier. Le but étant de pouvoir satisfaire cette clientèle en leur proposant un produit pouvant en substance être compatible avec leurs ablutions. Car en effet il est nécessaire que l’eau passe au travers des ongles pour que celles-ci soient valides. De ce fait, soucieux de répondre au besoin du marché, certaines marques ont mis en avant ce nouveau produit.A fortiori un nouveau concept pour satisfaire leur besoin de coquetterie. Tout en essayant de le rendre compatible avec leur pratique religieuse.

Importance de ce marché fructueux

Au vu de l’importance grandissante du facteur religieux dans certaines communautés. Les marques ont tout à y gagner en fabriquant des produits pouvant être compatibles avec les confessions de leur clientèle. L’économie change. Il est nécessaire pour beaucoup de grand nom de la  cosmétique de faire appel à des produits spécifiques.Afin d’avoir une part de marché dans la consommation de certaines communautés.

Si on parle du Halal, le marché est de plus en plus grandissant. Que ce soit dans l’alimentaire dans la cosmétique ou bien dans la pharmaceutique. Il est donc logique de s’attaquer à ce marché en proposant de nouveaux produits.Même si ceux si restent parfois voire toujours controversés.

Une fiabilité du produit encore en doute

Pour beaucoup, le vernis perméable est sujet à controverse et au doute. En effet, entre les conseils d’application des marques et les habitudes des consommatrices il y a une grande différence. Habituellement, lorsque l’on fait une manucure, on procède par étape. De la pause de la base, suivi par la ou les couches de vernis et enfin on termine par un top coat afin de sublimer la manucure.

Du coup, vous imaginez déjà par vous-même le nombre de couches nécessaires pour effectuer une belle manucure. D’un autre côté, les consommatrices ont les marques qui assurent la perméabilité de leur vernis lorsqu’ils sont appliqués en une ou deux couches fines. Il n’est pas mentionné par celles-ci si la base ou le top coat doivent être ou pas utilisés pour garantir également la qualité du produit. Partant de là, il est facile de comprendre les doutes de certaines consommatrices face à ce concept révolutionnaire. Pour certaines, il reste encore à être travaillé pour arriver à un résultat pouvant satisfaire les dernières réticentes.

Une solution temporaire avec le vernis soluble

Voyant qu’une part de marché pouvait encore être prise, le vernis soluble a vu le jour il y a peu. Élaboré pour être appliqué pour une courte durée, ce vernis se présente comme une alternative  au vernis perméable plus durable. Il permet en effet de pouvoir se faire une touche de manucure pour un labs de temps qui nous convient et de l’effacer seulement avec de l’eau dès que cela nous convient. 

De ce fait, pour celles qui en avait marre d’utiliser du vernis et de devoir à chaque ablution utiliser du dissolvant pour l’enlever et recommencer le processus, ont trouvé en ce nouveau produit une possible solution temporaire.

La question du vernis perméable reste encore floue pour beaucoup. Il conviendra à chacune de se faire son idée. Pour les plus sceptiques il y a la possible solution du vernis soluble qui lui aussi à ses limites notamment par son prix beaucoup plus élevé qu’un vernis classique.

Mais le fait de ne pas devoir utiliser de dissolvant peut peut-être peser dans la balance face au choix.

[thrive_leads id=’6156′]

Le gommage au marc de café en beauté: une astuce bénéfique

Le gommage au marc de café est une réalité

Connaissiez-vous cette astuce de grand mère hors du commun ? En effet, le gommage au marc de café est une pure merveille en soin beauté. Peu connu du public, nous allons vous présenter une petite série de secret qui risque d’en ravir plus d’une d’entre vous. Une fois la préparation de votre boisson chaude favorite terminée, le marc ne se jette pas. Pour les plus motivés d’entre vous, il va servir à donner un petit de coup de pep’s à votre peau.

Effectivement, très riche en antioxydants, le gommage avec le marc de café va redonner tout son sens aux traits de votre visage et à votre corps.

Le gommage au marc de café pour la peau: douceur et vitalité attestée

A la lecture de l’énoncé qui suit, vous allez regretter de jeter à la poubelle les résidus de café qui reste au coeur du filtre ou des dosettes d’arabica. Pourquoi? Parce que le rituel beauté que nous allons vous décrire par la suite ne vous coûtera pas un centime. Alors, oui, vous me direz qu’à première vue, le protocole paraît un peu loufoque. Pourtant, il fonctionne terriblement bien.

Du coup, lorsque vous souhaitez appliquer un soin exfoliant sur le corps, il vous suffit de vous recouvrir le corps de marc mélangé à de l’huile cosmétique.

Dans ce cas de figure, la pellicule de gras déposé par l’huile végétale permettra de protéger la peau. Ensuite, après avoir observé un léger temps de repos, reprenez votre routine habituel en vous rinçant le corps à l’eau clair.

Le gommage au marc de café a un but bien précis. Il aide le corps à se débarrasser des peaux mortes, adoucit la peau et lutte contre les poils incarnés.

La seconde version du gommage au marc de café la plus populaire est le soin anti cellulite qui en résulte. Pour se faire, il faut tout simplement se l’appliquer sur les cuisses et les parties postérieures. Puis ajouter un corps gras (huile d’argan cosmétique, olive, amande douce…). Enfin, procéder à l’enroulement du corps à l’aide de célophane et laisser agir une heure.

L’effet chauffant va stimuler la peau et réduire la peau d’orange petit à petit.

Listing des autres astuces bénéfiques

Tout comme le gommage au marc de café, il est possible de fabriquer artisanalement un masque anti cerne pour le visage. A ce sujet, cette solution va stimuler la circulation sanguine et permettre d’estomper les effets de la fatigue autour des yeux.

Pour procéder de la meilleure des façons, il faut tout simplement mélanger le marc de café à l’aide de citron pressé et de yaourt à la grecque. Cette solution rafraîchissante doit s’appliquer sur les poches des yeux. En laissant agir une dizaine de minutes, les cernes tendront à disparaître et apaiseront votre regard.

Il est aussi conseillé de se badigeonner le visage avec. Ce gommage avec le marc de café est à l’origine du renouvellement cellulaire.

En dernier lieu, le marc de café peut aussi s’appliquer sur les cheveux comme après shampoing. Dans une solution mélangée à un petit peu d’eau, arrosez généreusement le cuir chevelu et laisser reposer.

Une fois, la tête rincée à l’eau tiède, les cheveux devrait retrouver leur brillance et éternelle jeunesse.

Cependant, cette astuce beauté est bénéfique uniquement pour les personnes ayant les cheveux foncés.

Voici donc ce qu’il est possible de faire à l’aide du marc en astuce-beauté.

[thrive_leads id=’6156′]

recette de gâteau tunisien à la pistache

Gâteau tunisien à la pistache: un tandem délicieux

Le gâteau tunisien à la pistache est certainement un des éléments qui différencie ce type de pâtisserie orientale des autres pays du Maghreb. Zoom sur un savoir faire qui puise ses racines au coeur des loukoums turcs et dans la gastronomie du Proche-orient (Syrie, Liban).

Gâteau tunisien à la pistache : toute une histoire 

Depuis des siècles, le gâteau tunisien à la pistache a le vent en poupe. On parle d’un élément indispensable notamment pendant les fêtes et les cérémonies. Rares sont les tunisiens qui ne sont pas adeptes de ces délices exceptés ceux qui ont l’obligation médicale de ne pas en consommer à cause du diabète…

Plusieurs versions historiques se disputent l’histoire des gâteaux tunisiens.

En effet, la Tunisie est un pays ouvert au bord de la méditerranée. Elle a été le théâtre de plusieurs expéditions et de mutations socioculturelles et démographiques. Chaque civilisation a apporté une pierre à l’édifice. 

Ce qui a formé un patrimoine se développant par la suite d’une génération à une autre. L’agriculture tunisienne affecte aussi la pâtisserie tunisienne. En effet, les fruits secs cultivés massivement dans le sud du pays comme l’amande et la pistache ont influencé les prestigieuses créations des gâteaux tunisiens. 

De plus, le gâteau tunisien à la pistache se décline sous différente forme. La pistache est un ingrédient de prestige présent dans chaque recette tunisienne sucrée. Ce sont des délices faits maison très populaires : le gâteau tunisien à la pistache est un classique et une identité à part dans la pâtisserie tunisienne. Elle est grosso modo ce que le thé à la menthe signifie pour les marocains ou les arayechs pour les algériens.

Les pâtisseries tunisiennes à la pistache 

Très prisée, la pâtisserie tunisienne est enseignée dans les plus prestigieuses écoles de cuisine dans le monde. Décidément, le gâteau tunisien à la pistache présente plusieurs variétés. On vous cite quelques exemples qui ont la côte :

  • Kaak Anbar pistache.
  • Mlabes pistache.
  • Kaak Warka pistache.
  • Baklawa pistache.
  • Samsa pistache.

La Samsa à la pistache : le dessert type carthaginois

La Samsa à la pistache est un gâteau tunisien très populaire en Tunisie et dans le monde entier. Pour les fêtes de l’Aïd, la samsa à la pistache est le gâteau tunisien unanime dans chaque famille tunisienne. Au grand bonheur des adeptes des sucreries !

Les ingrédients de la samsa sont :

  • 10 feuilles de bricks
  • 150 gr de graines de sésame 
  • 100 gr de sucre glace
  • 100 gr de pistaches moulues
  • 50 gr de beurre
  • Eau 

Recette : 

  • Découpez les feuilles de brick en 4.
  • Mélangez le sucre glace avec les graines de sésame
  • Ajoutez le beurre fondu et laissez reposer les ingrédients précédents.
  • Imprégnez les feuilles de brick avec le beurre fondu.
  • Créez des triangles avec le mélange préparé au préalable. 
  • Passez les samsas 10 mn dans le four à une chaleur qui avoisine les 180°.
  • Décorez les samsas avec des pistaches moulues.

D’ailleurs, à titre comparatifs, les petits flocons de pistache écrasée ont une texture quasi identique au sellou.

Pâtisserie tunisienne : Baklawa à la pistache 

La baklawa est un gâteau tunisien à la pistache (ou autre fruit sec) qui existe dans plusieurs pays du Moyen-orient et d’Afrique du nord. La baklawa à la pistache tunisienne se distingue par sa symétrie authentique et par son goût raffiné.

Toujours dans le même contexte festif, la Baklawa à la pistache est servie en particulier dans les fêtes, les mariages et les cérémonies. 

De même, elle transmet à la fois des valeurs religieuses et sociales fortes. Il convient de dire qu’elle est aussi le témoin d’évènements particuliers et mémorables dans la vie des gens.

vanille de madagascar: entre mythe et réalité

La vanille de Madagascar est-elle en danger?

La vanille de Madagascar était il y a encore quelques années le label premium de la seconde épice la plus chère au monde. Bien que la fleur soit originaire du Mexique, elle n’avait jamais pu être pollénisée pour laisser place à la gousse tant prisée. C’est au cours du XIXe siècle qu’un esclave découvre la technique sur l’île de la Réunion. En cassant le bulbe de la fleur, il réussit à réaliser la technique faisant émerger la gousse au coeur de la fleur.

La vanille bourbon est née. En peu de temps, les colons français colonisent le sol malgache avec l’orchidée. Le nord-est de l’île (la SAVA) voit des milliers d’hectares de plantations évoluer en pleine nature.

En une traînée de poudre, la vanille de Madagascar devient la place boursière agricole de l’arôme tant convoité. D’une simple récolte annuelle aux casseroles des grands chefs français, le fruit du vanillier inspire en cuisine gastronomique tout comme le safran et l’huile d’argan alimentaire.

Alors comment l’île Rouge s’est retrouvé piéger par son propre business en seulement cinq ans?

La vanille de Madagascar: une qualité remise en question

La vanille de Madagascar fut jadis la plus prisée au monde. Une qualité inestimable, une saveur exquise et des gousses généreusement grosse. Mais en un rien de temps, tout a volé en éclat. En effet, le fruit du vanillier ne peut être récolté sur de grosses étendues sur le globe. Les conditions de production répondent à un besoin d’ombre persistant et une certaine humidité. De plus, la récolte intervient uniquement par la main de l’homme. Des facteurs qui nécessitent toujours plus de besoin.

Ce marché porteur et l’envolée du prix de l’épice multiplié par dix ont mis à rude épreuve la gousse de vanille de Madagascar. Le kilo frôle les 1000 euros pour le moment.

Et c’est exactement cet El Dorado dont est victime l’île aux lémuriens. En peu de temps, cette convoitise controversée à laisser place au brigandage. Les parcelles dépouillées de leur récolte ont développé la violence et les tensions sur l’île.

Pour contre attaquer et continuer à vendre, les planteurs doivent désormais faire appel à des services de sécurité privé. Tous ces éléments ont drastiquement fait flamber les prix. Car la demande mondiale est plus forte que la production. Et dans la majorité des cas, les gousses de vanille de Madagascar ont déjà preneur à peine arriver à maturation.

Par peur du vol, beaucoup de planteurs décident donc de récolter avant le terme final. Du coup, la qualité chute et le marché noir dévoile les revers d’une économie dont les fruits ne sont plus porteurs d’avenir.

L’émergence de la concurrence au niveau mondial

Face à ces désagréments, les acheteurs de vanille se détourne progressivement de la vanille de Madagascar. L’or malgache n’a plus autant la côte. Les nouvelles terres de prédilection de la gousse sont la Polynésie et le Costa Rica. Deux terres connues pour le respect de la nature et l’éco-tourisme.

Considéré comme un produit de luxe, la vanille est exigeante. Les clients potentiels ne transigent pas sur la qualité. Destinée à agrémenter des desserts et pâtisseries nobles, la vanille est un ingrédient coûteux. En supermarché, la qualité moyenne se vend autour de huit euros les 4 grammes. Alors que pensez de la best quality réservée aux grandes tables?

Car si la vanille est présente en masse dans les glaces et les yaourt, ne vous détrompez pas. Il ne s’agit en aucun cas de celle que nous mentionnons mais d’arômes de synthèse.

En perdant progressivement sa jovialité, la vanille de Madagascar perd de l’influence et devient victime de ses propres maux.

[thrive_leads id=’6156′]

guanabana: des vertus impressionnantes pour le corps

La Guanabana : un fruit tropical aux propriétés extraordinaires

Originaire des versants amazoniens et des Andes tropicales, la guanabana est un fruit tropical du Pérou et de la Colombie comme l’huile de cacay.

Nommé aussi corossol, sa culture s’est adaptée aux climats humides de la Caraïbe, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Indonésie. Aujourd’hui, nous vous le présentons sous différents aspects. Car le fruit du corossolier est encore trop méconnu en Europe.

Le corossol : composition et goût d’un fruit hors pair

Le fruit du corossolier est actuellement présent dans toutes les zones tropicales du monde. Certes, la guanabana a été rapportée par les hollandais de l’île du Curaçao à partir de la Colombie en Europe. Ils l’ont par la suite ramené en Indonésie sous la colonisation. Ce gros fruit épineux de couleur verte dont le jus est exquis est surtout consommé sous forme de glace ou de jus. En effet, il est difficile de s’en procurer en France à un prix intéressant. 

En revanche, si vous avez la chance de vous rendre à Madrid, Barcelone ou Miami, le milshake ou le jus de guanabana est régulièrement servi dans les glaciers des quartiers latino-américains.

Gustativement parlant, la pulpe du corossol à des notes de fraise au goût légèrement citronné. Elle se rapproche du goût du bonbon arlequin avec bien entendu une saveur tout à fait naturelle. Le fruit peut atteindre facilement les 40 centimètres de long.

La guanabana est reconnu depuis toujours par les peuples indigènes comme un médicament naturel. Par contre, la vente de pilule de graviola (extrait du fruit) n’a vraiment pas les mêmes propriétés que le coeur du fruit.

La guanabana : le fruit anti-cancer par excellence

En effet, les bienfaits de la guanabana sont à rechercher dans sa pulpe et non en pilule.

Très riche en vitamine C et antioxydant, ce fruit amazonien se consomme en instantanée une fois couper ou mixer sous peine de voir tous les nutriments s’envoler.

Ce fruit délicieux est reconnu au Pérou comme la meilleure chimiothérapie naturelle au monde. Cependant, la consommation est efficace contre la prolifération des cellules cancéreuses si elle faite en continu. Elle agit de la même manière que les graines de nigelle en renforçant l’immunologie sans pour autant diagnostiquer une guérison complète.

C’est-à-dire que le guanabana à une action préventive et non curative que les détaillants de pilules de graviola ont tendance à exagérer. Néanmoins, cette matière première amazonienne aurait tout de même des résultats positifs dans le ralentissement des effets de certains cancers (sein, prostate, poumon et colon).

En Europe, la recherche pharmaceutique devrait s’y intéresser. Cependant, nous sommes loin des jus traditionnels moyennés quelques pesos dans les rues de Cali ou Medellin. En effet, la guanabana est un fruit trop onéreux en France dont le kilo avoisine les 17 euros. Alors à ce prix-là, il est sûr que la recherche n’a pas lieu d’être.

Dans la culture amérindienne et caribéenne, les feuilles de guanabana sont tout aussi intéressantes. Utilisées en tisane, elles auraient des vertus anti inflammatoires et calmeraient l’anxiété et les dépressions.

[thrive_leads id=’6156′]

Add to cart