En cette approche du mois béni de Ramadan, la boutique pause-au-naturelle.com rappelle quelques bienfaits et pratiques liées pour rompre le jeune. Cette pratique cultuelle est en effet un axe majeur de la vie du musulman qui s’éduque par la voie de l’abstinence. Ainsi, le jeûneur fortifie son corps et son esprit en délaissant ses habitudes qu’il affectionne le reste de l’année. Il renonce donc strictement à tout apport de nourriture, de boissons et de relations intimes. Au coucher du soleil, nombre sont ceux qui prononcent, lors de la rupture du jeûne, l’invocation prophétique authentique suivante ; 

”La soif s’en est allée, les veines se sont remplies et la récompense est assurée si Allah le veut.”

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2357 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما كان النبي صلى الله الله عليه و سلم إذا أفطر قال : ذَهَبَ الظَّمَأ وَ ابْتَلَّتِ العُرُوق وَ ثَبَتَ الأَجْر إنْ شَاءَ الله 


Rompre le jeune est un moment particulier ou l’organisme se revitalise. Après avoir connu une certaine faiblesse, il trouve une parfaite compensation dans l’absorption de dattes. Petit tour d’horizon ici sur les mérites et les bienfaits que constitue cette baie si savoureuse qu’est la datte.

Rappel sur l’institution du jeûne de Ramadan

Le jeune est un pilier de l’Islam qui a été institué en trois étapes dans la ville sainte de Médine. L’érudit Ibn Kathir le définit ainsi; 

« Une abstinence de nourriture, de boisson et de relations sexuelles avec une intention pure pour Allah ‘azza wa djalla, en tant que pureté de l’âme et de sa propreté, et l’épuration des comportements grossiers et vils. »

Par ailleurs, il dit aussi en citant le jeune que : ”en lui, il y a pureté du corps et un rétrécissement des voies du diable.”

Le jeune : une adoration prescrite aux communautés précédentes

Le jeune est un acte permettant de se fortifier et de se perfectionner. Au début de l’Islam, il a été institué dans la communauté musulmane seulement trois jours par mois. Cette pratique était alors héritée des communautés précédentes remontant à l’époque du prophète Nouh (que la paix d’Allah soit sur lui). Cette explication est donnée dans les propos de l’érudit ibn Kathir, rapportant dans son exégèse les propos de Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) suite aux versets 183 et 184 de la sourate la Vache ;

” O les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété ”

”pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter, il y a une compensation ; nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui, mais il est mieux pour vous de jeûner, si vous saviez ! ”

Ibn Mas’oud, deuxième plus grand connaisseur de l’exégèse coranique, dit donc à propos de ces trois jours de jeûne ;

” Ceci n’a cessé d’être légiféré à partir du temps de Nouh jusqu’à ce qu’Allah abroge cela par le jeûne du mois de Ramadan.”

A ce moment-là, il était permis au résident en bonne santé de choisir entre le fait de jeûner trois jours par mois ou bien de nourrir un pauvre chaque jour. Le volontarisme de nourrir plus d’un pauvre était un acte louable. Dans tous les cas, le jeune des trois jours restait préférentiel. Le malade et le voyageur devaient quant à eux reporter leurs jours de jeûne.

La législation du jeune du mois du Ramadan en tant que tel

Dans un second temps, le jeune a été institué deux jours, lors de l’événement annuel de Achoura. Puis, dans un dernier temps, Allah révéla à la suite des versets précédents ;

”le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeune un nombre égal d’autres jours…”

Cette ultime étape fixa donc la règle définitive qui est de jeûner tout le mois en tant qu’obligation pour le résident sain. Le malade et le voyageur peuvent quant à eux reporter leurs jours et le vieux nourrir le pauvre.

Deux versets plus loin, soit dit au verset 187, le temps définitif du jeûne journalier fut dicté aux croyants. Cela réside dans la mention du verset suivant ;

” On vous a permis, la nuit du jeûne, d’avoir des rapports avec vos femmes ; elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu’Allah a prescrit en votre faveur ; mangez et buvez jusqu’à ce que ce distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit…”

Ce noble verset fait référence à la première durée de rupture de jeune autorisée au commencement de l’Islam. Au début donc, boire, manger et avoir des rapports intimes n’était permis que jusqu’à l’heure de la dernière prière, la nuit. De plus, si l’on dormait avant d’avoir prié, alors, dès le moment de son lever, il fallait conserver un état de jeûne. Le Prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) constata une fois l’état d’un homme qui s’était réveillé sans avoir mangé et le questionna sur cela. Cela se produisit aussi pour d’autres. De plus, cette imposition fut enfreinte par certains musulmans. Allah le Très-Haut fit alors descendre le verset précité en tant qu’allègement pour la communauté. La permission de sortir du jeune fut ainsi étendue jusqu’à jusqu’à l’aurore. Les musulmans en furent vivement réjouis. 

Rompre le jeune avec des dattes : une baie d’excellence

L’étymologie du mot ”datte’ nous vient du grec  dactylos qui signifie doigt. Le mot revient donc à faire un parallèle avec une description anatomique. Le palmier dattier représente un emblème de la culture en Orient, au Moyen-Orient ainsi qu’au Maghreb. Les dattes constituent d’un point de vue botanique des baies d’arbres. Physiquement, elles ont une apparence charnue et allongée allant de 4 à 6 centimètres. Leur couleur est marron sombre à noire. Les régimes de grappes sont obtenus à partir de l’inflorescence femelle de l’espèce. Lors de la culture de la datte dans des oasis, on utilise toutes les strates de l’arbre. L’Égypte est le premier producteur mondial de dattes mais n’importe que très peu.

Les preuves concernant le fait de rompre le jeune avec des dattes

D’un point de vue de la linguistique arabe, la datte connaît deux appellations ;” at-tamr” et ”ar-ratbah”

La première revêt une écorce difficile à enlever et nécessite pour être consommée en état, une utilisation prolongée de l’eau. La seconde, elle, porte une écorce facile à éplucher et nécessite une faible utilisation d’eau pour la rendre consommable. Son nom linguistique renvoie à la mollesse, au fait que sa chair est molle. On la traduit par ”dattes fraîches.”

Au moment de la rupture du jeûne, le Prophète (Qu’Allah prie sur lui et le salue), avait pour habitude de choisir en premier lieu des dattes fraîches. Puis, si cette variété-là n’était pas présente, il prenait alors des dattes sèches. Si aucune datte n’était présente, il choisissait alors de rompre le jeûne avec de l’eau. Ceci est rapporté dans le hadith authentique d’après Anas ibn Malik dans les termes suivants ;

Le Prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) rompait son jeûne avant de prier en mangeant des dattes fraîches, si ce n’était pas avec des dattes fraîches alors avec des dattes sèches et si ce n’était pas avec des dattes sèches alors avec quelques gorgées d’eau.”

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2356 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

Dans le Coran, Allah a parlé avec le mot de ”routab” dans la sourate Maryam en disant au verset 25 ;

”Secoue vers toi le tronc du palmier, il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres”

Le savant ibn Kathir dit à propos du verset qu’il signifie ; ” Soulages ton âme.”

‘Amroun ibn Maymoun, un rapporteur digne de confiance de hadith, dit quant à lui qu’il ;

” n’y a pas de meilleure chose pour la femme en couche parmi les fruits que les dattes fraîches.”

Puis il récita le verset. 

De plus, une étude jordannienne a émise à ce propos que la consommation de dattes chez la femme enceinte diminue les douleurs post-accouchement. Cela a aussi le bénéfice de faire baisser le flux du saignement au moment des couches.

Un bienfait immense pour l’organisme

Les dattes constituent un apport journalier parfait pour notre organisme. En effet, ce fruit à pulpe sucrée est extrêmement nutritif. Sa contenance en fibres est nécessaire à une alimentation régulée et saine pour une digestion optimale. Les fibres contenues dans la datte sont un véritable remède afin de faire diminuer le cholestérol. La datte est riche en protéines et convient ainsi très bien aux sportifs en tant que source d’énergie importante. De plus, elle ne contient pratiquement aucune graisse. Elle est composée de glucides tels que fructos, dextrose, saccharose et maltose. La consommation de dattes permet de pallier les problèmes d’hypertension artérielle et articulaires grâce à ses acides aminés. Cette famille contient de l’alumine, de l’arginine, de la glycine, de la sérine ainsi que de la valine. Elle possède également beaucoup d’oligo- éléments tels que zinc, cuivre et fer qui permettent de lutter contre les problèmes d’anémie. La datte est par ailleurs un bon anti-oxydant. Elle est aussi pleine de minéraux de potassium, magnésium, phosphore et de calcium. Enfin, elle contient de nombreuses vitamines (C, E, B2, B3, A1, B1, B5, B6 et K). 

La datte est le fruit idéal pour se ressourcer après un coup de fatigue et favorise le système nerveux. C’est donc pour ces raisons scientifiques qu’elles sont préconisées pour la rupture du jeûne.

S’empresser de rompre le jeune fait partie de la Sounnah

Parmis les dattes, la datte ajwa est l’une des plus recommandées.

Elle est l’aliment premier pour rompre le jeune. Il faut savoir que ce moment de rupture doit s’effectuer rapidement, dès lors qu’il est autorisé. Le Prophète (que la paix d’Allah soit sur lui) a en effet dit d’après une narration authentique ;

” Les gens ne cesseront d’etre dans le bien tant qu’ils s’empresseront de rompre le jeune. ”

D’après Oum Hakim (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Empressez-vous de rompre le jeûne et retardez le sahour ».


(Rapporté par Abou Nouaym et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°3989).

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Je n’ai jamais vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) prier le maghreb avant d’avoir rompu son jeûne ne serait-ce qu’en buvant une gorgée d’eau ».


(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3504 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1076).

Les chiites contredisent effectivement la sounnah en retardant le moment de la rupture du jeune jusqu’à l’apparition des étoiles. Ils vont même jusqu’à avancer le moment de l’appel à la prière. Cheikh ibn el Utheymin dit:

” La sunna veut qu’on s’empresse de rompre le jeune dès le coucher du soleil. C’est la disparition de celui-ci qui compte et non l’appel à la prière (…) la présence d’une forte lueur ne représente aucun inconvénient. ”

Nous rappelons que ce mois béni qui est en approche, si Allah le veut, est un mois qui a été légiféré pour parfaire sa piété. La consommation de boissons et de nourritures en tout genre ne se doit pas être excessive tout le mois. Se rassasier au-delà du besoin n’est permis que de temps en temps. Remplissez-donc les rangs des maisons d’Allah et réformez vos manquements. Qu’Allah nous guide.

Add to cart