Certains aliments galactogènes favorisent la production du lait maternel. En fait, c’est surtout les nutriments qui contiennent qui permettent d’augmenter les montées de lait. Toutes les cultures du monde ont leur propres recettes maisons pour stimuler la lactation. Mais ce qu’il en ressort, c’est qu’il y a une certaine convergence et unanimité sur certains aliments galactogènes. 

Le lait maternel est qualifié de « sang blanc ». Car sa production résulte de la distillation du corps dans le sang. C’est précisément la prolactine qui est à l’origine de la production de lait. Elle circule dans le sang en puisant les éléments essentiels pour produire le lait maternel qui se diffuse jusqu’aux seins par des canaux. En récoltant le fer et le calcium, les aliments galactogènes riches en ces substances sont profitables pour l’allaitement. C’est donc ces aliments en particuliers que nous allons nommer dans les lignes qui suivent. 

Sachez que l’allaitement est bénéfique pour le nourrisson. Il fortifie les anticorps du nouveau-né et est garant de la bonne santé et de l’immunité dans le futur. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la Santé recommande une période de deux ans pour l’allaitement de l’enfant.

L’eau : la boisson galactogène par excellence

Bien qu’elles ne figurent pas dans la liste des aliments galactogènes, cette boisson est essentielle pendant la période d’allaitement. Essentiellement, parce que 87% du lait maternel est composé d’eau. D’ailleurs, certains pédiatres ne manqueront pas de vous recommander certaines eaux plus riches en calcium comme la Mont Roucous. La mère allaitante nécessite une consommation d’eau beaucoup plus importante que la normale ou que lorsqu’elle était enceinte. En période d’allaitement, la consommation d’eau doit osciller aux alentours de 2,5 litres par jour. Cette nécessité se manifeste par une soif plus intense et des besoins ressenties pour son propre enfant. Si l’eau ne vous emballe pas plus que ça, vous pouvez aussi rechercher l’hydratation à travers certains fruits et légumes.

En été, certains smoothies sont particulièrement efficaces pour contrer la chaleur et continuer à s’hydrater. 

Le fenouil : l’indémodable en matière d’allaitement

Cette plante méditerranéenne figure parmi les aliments galactogènes les plus efficaces qui soit. Riche en fibre calcium et vitamine C, le fenouil a tout pour plaire. Il stimule la production d’œstrogènes et de prolactine dans le sang. D’où son intérêt pour les montées de lait. Ce sont particulièrement les graines qui sont intéressantes. Elles sont également très utilisées en tisane pour cette cause. Si vous ne savez pas comment l’utiliser en cuisine, vous pouvez tester les recettes suivantes :

  • Fenouil au curry
  • Tajine de poulet au fenouil.

Le fenugrec : un aliment stimulant la lactation

Un petit avertissement pour vous dire que cet ingrédient ne doit surtout pas être consommé pendant la grossesse. En revanche, pour ce qui concerne la période post-accouchement, faites-vous plaisir, cette graine est celle qui vous faut. D’un goût amère, elle doit tout de même être tremper dans l’eau. Si vous voulez en savoir plus sur sa composition, nous vous recommandons de jeter un œil à nos gélules de fenugrec. Une petite cure temporaire de trois semaines pour démarrer l’allaitement en force. 

L’orge et l’avoine : deux céréales particulièrement prisées

Riche en fer, protéines, vitamines et oligo-éléments, vous avez à faire à deux céréales complètes excellentes pour la santé. Et pour ce qui est de la lactation vous ne pouviez tomber mieux. Ces deux aliments galactogènes devraient donc faire l’affaire dès le petit déjeuner. Si vous êtes amatrices d’overnight porridge, ces céréales seront faciles à ajouter au cœur de votre recette. Il vous suffira de saupoudrer le lait végétal à l’aide d’une de ces deux céréales et le tour est joué. Ensuite, libre à vous de décorer en fonction à l’aide fruit frais et de fruits secs. 

L’orge et l’avoine ont la particularité de sécréter une hormone très bénéfique pour la lactation :  l’ocytocine. Celle-ci stimule directement l’utérus ainsi que les glandes mammaires à l’origine de la sécrétion de lait maternel. 

Le cumin : une épice incroyable pour la production de lait maternel

Celle-ci figure parmi les remèdes traditionnels reconnus en Inde et en Asie du Sud-est. Les bienfaits du curcuma et du gingembre le sont aussi en la matière. Chacun possède des principes actifs qui leur sont propres. En revanche, c’est toujours le fer qui revient en boucle et qui est nécessaire pour l’allaitement. Le cumin à la faculté d’aider à réguler le cycle menstruel. Il est également d’une aide précieuse pour lutter contre l’anémie. 

Les graines et produits oléagineux : une merveille de la nature pour bébé 

Ici, la nature nous a gâté et le choix est exhaustif : amande, noisette, graine de sésame, noix du Brésil. Tous ces fruits à coques regorgent de minéraux, de vitamines, de protéines et surtout d’excellent gras pour conforter les montées de lait.

Dans le même ordre d’idée, l’anis vert fait partie des aliments galactogènes de premier plan. En effet, il a la faculté d’augmenter la production d’œstrogènes. Il s’agit d’hormones féminines ayant une action positive sur les glandes mammaire et sur la libido. 

Enfin, la noix tigrée ou souchet aura aussi des vertus impressionnantes sur la lactation. En Espagne, plus précisément dans la région de Valence, l’Horchota de chufa jouit d’un succès populaire en ce qui concerne la lactation. C’est un peu la boisson régionale pour l’occasion. En France, on pourrait la traduire par « lait de souchet ». Sucré et très plaisant au goût, l’Horchota de chufa regorge de bienfaits. 

Riche en phosphore, calcium, magnésium, fer et vitamine C et E, c’est un allié parfait pour espérer maintenir l’allaitement jusqu’au deux ans de bébé. 

La spiruline : un complément alimentaire remarquable

Sans être une nourriture, on peut tout de même l’intégrer dans la catégorie des aliments galactogènes. Connu depuis les années 1970 en Europe, elle fut très consommée pendant des siècles sous l’empire Aztèque ainsi qu’au Tchad au cours du second millénaire. Considérée à tort comme une algue, cette cyanobactérie possède pratiquement toutes les vitamines nécessaires à l’organisme. Mais aussi les oligo-éléments suivants : calcium, phosphore, manganèse, fer, magnésium, zinc, cuir, potassium, chrome et sélénium.

Dans le même esprit, la Maca du Pérou est consommé depuis des siècles pour améliorer la qualité du lait maternel. De plus, ces deux ingrédients apportent un regain d’énergie et combattent positivement les états de fatigue.

La betterave : une tubercule rouge fantastique

Moins connu sous cette angle-là, la betterave a aussi sa part à jouer dans la sphère des aliments galactogènes. Elle est idéale pour nourrir et enrichir le sang. Très riches en vitamines, minéraux et hydrate de carbone, elle est une excellente source d’énergie. Néanmoins, tout comme les épinards, cet aliment au cours de l’allaitement peut modifier la couleur des selles du nourrisson. Pas de panique ! Cette réaction est tout à fait normale et sans danger. 

La pêche : une source en provitamine A

D’un autre point de vue, ce fruit est particulièrement intéressant. Pour que la mère ne soit pas en carence en bêtacarotène et vitamine A, elle doit consommer certains végétaux. La pêche a la vertu d’être très hydratante mais aussi de répondre à ce besoin majeur. En effet, l’allaitement nécessite un besoin important qui doit-être doublé. La vitamine A est garante du renouveau cellulaire pour le bébé ainsi que de la croissance des os. 

Quels réflexes adaptaient pour pérenniser la production de lait maternel ?

Après avoir dressé une liste d’aliments galactogènes bénéfiques, il est certain que la maman doit aussi redoubler d’effort pour continuer son allaitement le plus longtemps possible. 

Parmi les comportements à suivre, voici quelques recommandations :

  • Se reposer assez suivant
  • Éviter le stress et la reprise du travail si possible
  • Alterner les seins une fois l’un vide pour stimuler les montées de lait
  • Manger sainement et s’hydrater le plus souvent possible
  • Ne pas retomber enceinte directement
  • S’abstenir de certains médicaments.

S’ensuit également les relations qu’entretient le nourrisson avec la mère en termes de succion et d’assoupissement. 

Add to cart